Projet Nudité

De la Honte Corporelle et du Dégoût - Des Sentiments Essentiellement Humains

Le Dr. Christine Pernlochner-Kügler est philosophe et psychologue et sa thèse vient du plan de l'anthropologie philosophique et de la philosophie de la psychologie. En avril 2004, sa thèse a été publiée: Körperscham und Ekel - wesentlich menschliche Gefühle (De la Honte Corporelle et du Dégoût - Des Sentiments Essentiellement Humains). Elle m'a envoyé un e-mail avec un extrait d'une grande partie de son livre, et je l'ai traduit et publié avec sa permission. La division des chapitres est faite par moi [Victor van Dijk]. J'ai publié aussi la motivation de Mme. Pernlochner-Kügler pour sa thèse sur cette page.

cover

Motivation

"En ma qualité d'instructrice au Centre de Formation Ouest pour les professions de santé, TILAK (Tiroler Landeskrankenanstalten) à Innsbruck, la question se posait de savoir, comment les personnes des professions médicales peuvent gérer les sentiments de honte et de responsabilité, et comment un maniement de ces sentiments pourrait paraître. Selon l'expérience, les docteurs et infirmières ont tendance à vouloir se débarrasser de ces sentiments. Le but de cette thèse était de rechercher si ces sentiments pourraient être 'desappris' ou si l'habitude pourrait être 'rompue', en d'autres termes, si les personnels de santé pourraient en fait 'se débarrasser' de ces sentiments ou si ceux-ci sont une fonction essentielle pour l'humanité. Si la honte et le dégoût sont inhérent à l'humanité, et s'ils ont une fonction essentielle, alors le désir d'ignorer, désapprendre, ou réprimer ces sentiments est vain, et même inintelligent."

haut de page


+Extrait partiel du livre, écrit par l'auteur

+L'origine et l'universalité du sentiment de l'honte

"Dans mon livre, je m'occupais en détail avec l'origine et l'universalité du sentiment de l'honte. Ici, la sexualité et la formation des couples sont assez importantes, mais ne peuvent pas être tous, parce que autrement, les animaux se devront honter également. Pour l'honte, il y a des conditions neurologiques dans le cortex préfrontal, qui - quand ils deviennent infonctionnels par de la maladie ou par un accident - mènent à une perte de toute la honte (aussi celle du corps), et par elle, deviennent incapables de se comporter d'un façon social. Puis, généralement il y a une disposition cervelle-organique. Pour moi, il me semble importante que nous soyons avant tout honteux pour cettes parties du corps qui ont affaire à l'excrétion et à la sécrétion et pour cela nous paraîssent 'sales'. Cettes choses, nous cachons pour les autres. La cache des parties de corps et ses fonctions 'répugnantes' est, aussi, universelle."

haut de page


 

+De l'intelligence

"En outre, pour l'apparence du sentiment de l'honte, il faut quelques choses qui ont affaire à l'intelligence: la capacité de autoreflection, de auto-evaluation; la connaissance autour des normes et conventions sociales, la capacité de distinguer entre corps et espirit (premier, je me sens quelque chose de spirituel à qui appartient un corps qui est vue par autrui. Moi, comme être spirituel, je peut faire mon corps d'objet pour l'évaluer.) Les animaux n'ont pas ces capabilités et pour cela n'ont pas la possibilité de autoréflexion évaluative, et non plus d'un sentiment de honte."

haut de page


+Un public pour l'honte

"Et très important en rapport avec ce sentiment de honte est aussi qu'il paraît seulement quand je sais que je suis vu par quelqu'un. Sans "le regard d'autrui", il n'y a pas un sentiment d'honte. En cette mesure, il est évidemment dépendent à un haut degré de la parte sociale. Ce qui me semble aussi très important, c'est que la honte, aussi la corporelle, surge surtout à la faiblesse, au manque, à les ordures, et à la perte de prestige. La personne nue se sent le plus souvent "la faible" face à une personne vêtue, et c'est pourquoi elle perde de la prestige. En outre, quand le corps est considéré comme imparfait ou impur, il mène aux sentiments d'honte qui donnent lieu à la cache des parts considérées comme impures. Parce que les organes excrémentaux et sexuels ont affaire aux excrétions et aux sécretions, ils nous semblent "sales", et ainsi en quelque sorte impurs, et c'est pourquoi il vaudrait mieux les cacher. Ces zones corporels aussi sont faibles, parce qu'ils sont très délicats, vulnérables, et en outre, très importants à la reproduction."

haut de page


+De la sexualité et de l'honte

"Que la honte en outre régule la sexualité et la cohabitation des gens, c'est absolument de la plus haute importance. Joachim Illies (Zoologie des Menschen. Entwurf einer Anthropologie. München (DTV) 1976) partage l'avis que par la fécondité permanente de l'homme, la honte a la fonction d'une régulatrice, afin que la sexualité devienne "plus limitée", et n'ait pas lieu tout le temps partout. L'origine du sentiment de l'honte, moi je la considère comme un processus de mûrissement. Nous avons une disposition que fait cela possible. En outre, pour le développement d'un sentiment d'honte, il faut des gens parce que nous avons suelement de l'honte quand nous savons que nous sommes regardés et évalueés par d'autrui. Parce que nous, êtres humains, sont des êtres sociaux qui ont besoin d'autrui pour survivre, et que nous sommes de plus "intelligents", c'est pourquoi nous indispensablement dévéloppons le sentiment de l'honte."

haut de page


"Genauer ist das alles nachzulesen in meinem Buch". "Plus précise, tous cela peut être lu dans mon livre."

cover