Projet Nudité - Sélection d'articles du Nouvel Obs.com

Mettre au jour 2014

Les articles du Nouvel Obs.com ne sont plus disponibles en ligne. J'ai laissé l'extract ici pour vous et pour raisons d'archive.

Introduction aux articles

La nudité et la pudeur ont beaucoup de dimensions. On a parlé d'elles dans les articles du Nouvel Observateur. À la dimension de l'éducation, « Lorsque l'intimité paraît » s'agit de la question, si la pudeur existe chez l'enfant et que si, après de quel âge ? Est-ce qu'on doit tolérer cette pudeur ou est-ce qu'il faut la combattre ? Puis, dans « Hypocrisies familiales », Dominique Rolin décrit sa propre histoire d'être née dans une famille bien pudique et, selon d'elle, hypocrite. Quelles sont les conséquences de cette situation?

À la dimension de la sexualité, « La sensualité à tâtons » s'agit de l'histoire de la pudeur sexuelle dans des cultures différentes. « Le sexe non dit » s'agit du problème de parler de la sexualité dans une temps en laquelle on montre peu tout. Dans « Hardemment », une jeune fille, actrice de films porno, étudiante en philosophie à ses heures, raconte sur la relation qu'elle entretient avec son corps.

Á la dimension de la vie intime et privée, « Toilettes privées » raconte l'histoire de la société qui se faisait pudique, ou bien, de la création de la vie privée. Dans « Baignore mode d'emploi », Jean-Claude Kaufmann écrit sur les bornes personnelles qu'il y a toujours, malgré l'affranchissement des pudeurs anciennes. « Des seins pas si nus » s'agit d'espace le plus publique : celle de la plage. Quelles sont les règles de s'observer, qu'est-ce que d'acceptable, qu'est-ce que de répréhensible ? Et que penser de cette inversion curieuse de ne pas montrer les seins nus à l'intérieur de la maison, mais bien à la plage ?

haut de page

À la dimension de la culture, dans « Des vêtements invisibles », Hans Peter Duerr critique la célèbre théorie par l'Allemand Norbert Elias énoncée en 1939. Duerr argumente qu'il y a une espace privée dans des cultures différentes, même si elle n'est pas visible. On n'a pas besoin de cloisons pour se retirer de la publique. En outre, le développement de la pudeur n'est pas une indication pour la mesure de civilisation. Même les cultures appelées 'primitives' connaissent la pudeur. Dans « Le corps et l'islam », on se demande, "L'islam, que pense-t-il du corps et de la pudeur ?" Voyez aussi ma page de nouvelles. « La pudeur sauvage » explore la fondation biologique universelle de la pudeur : est elle vraiment existante ? Dans « Les bains nippons », Bruno Birolli parle des mours nipponnes qui ont une intimité bien différente que celle des Occidentaux. Pour conclusion, « Le phallus de Shiva » parle de l'Inde, le pays du Kama-sutra, qui a une autre conception des mours que l'Occident, mais malgré ses images érotiques dans ses temples, soit bien plus pudique.

haut de page